Des Blabla

24 janvier 2017

Une lettre, une photo dans un cartable de cuir fauve

20170122_183449m

" Le 1-8-1940

Ma toute chérie,

Nous sommes en route pour l'Allemagne. Je suis plein de courage, malgré cette désagréable surprise. Je te demande de faire preuve du même courage. Sois courageuse pour Francine, pour moi et pour le petit être qui va naître.
J'espère que je pourrai te donner mon adresse quand je la saurai.
J'ai espoir que cela ne durera pas trop.
Pense que je t'aime plus que tout un monde ainsi que Francine.
Je suis tout à toi.
Embrasse tous ceux que j'aime.
Je t'aime. Je te donne le meilleur de moi-même.
Je t'aime, je t'adore.
Ton Pierrot

Encore un gros gros baiser pour toi et un pour Niquette bien-aimée,
Ton tout petit Pierrot
A bientôt "

 

Avec l'autorisation de Madame Mère qui, ce week-end, à l'aune d'un tri de documents dans un vieux cartable en cuir fauve, m'a fait lire cette lettre de mon grand-père à ma grand-mère alors qu'on l'emmenait en captivité en Allemagne et qui m'a donné quelques photos de leur voyage de noces...
Vous dire combien l'émotion est montée en vagues jusqu'au bord des yeux serait inutile.
L'écriture de mon grand-père d'ordinaire si régulière et fine, quelque peu chahutée par les circonstances.
Leur charme de jeunes mariés qui avaient vaincu les oppositions de leurs familles pour se marier envers et contre tout (oui, oui, ça fait roman pour jeune-fille mais c'est la vérité !).
Les mots qui témoignent si bien de ce qu'ils vivaient et de ce que tant de famille ont dû vivre.
Cet amour dont je suis issue à deux générations mais qui a fait le terreau dont je suis pétrie.
Oui, cette lettre m'a fait l'effet d'un trésor inestimable qui m'a rendue plus riche.

Posté par Miss Blabla à 07:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 janvier 2017

Au revoir Monsieur le Président

Aujourd'hui un nouveau président va prêter serment aux Etats-Unis.
Je me souviens d'un matin, il y a un peu plus de huit ans. Je m'en souviens parfaitement, un autre président était élu.
Sainte Chérie était encore petite mais je crois qu'elle avait perçu l'importance de l'évènement car sitôt levée je m'étais précipitée sur la télé pour l'allumer et regarder les résultats.
J'avais la gorge nouée d'émotion car jusqu'au bout j'avais craint un retournement de situation.
Je me souviens lui avoir dit qu'il fallait qu'elle essaye de graver dans sa mémoire ce matin de novembre 2008 où un homme noir avait été élu à la Maison Blanche.
Je me souviens aussi que je m'étais dit qu'il n'arriverait pas au bout de son mandat, qu'il y aurait un " accident "...

Mais il a fait deux mandats et, aujourd'hui, il passe la main.
Mon billet n'a aucune visée politique. Je ne parlerai pas de son successeur et je ne parlerai pas du bilan de ces huit dernières années. Il y a eu du bon, il y a eu du moins bon (largement !). Il a sans doute fait ce qu'il a pu, en général. Je ne suis pas particulièrement fan, ni particulièrement déçue.

Ce que je retiens c'est l'élément humain...
C'était le premier homme de couleur à la tête d'une grande puissance, d'une puissance qui ne reconnaissait aucun droit civique aux gens de sa communauté il y a cinquante ans à peine.
C'est aussi la première fois depuis longtemps qu'une famille présidentielle (américaine ou autre) ne fait l'objet d'aucun scandale privé ou politique et qu'elle n'alimente la presse people que pour les tenues de la first lady ou leurs pas de danse dans les soirées officielles ou l'entrée à l'université de leurs filles...
Aujourd'hui, la chose est devenue tellement rare que, finalement, c'est presque aussi remarquable que le fait qu'il ait été le premier président noir américain...
Quand on voit comment certains coqs montent sur leurs ergots et se prennent au sérieux alors même qu'ils ne sont pas encore élus, j'apprécie l'humilité et l'humanisme dont ont fait preuve les Obama...


(source ITELE)


(source LE FIGARO)


(source YOUTUBE)


(source YOUTUBE)

Posté par Miss Blabla à 07:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2017

Le syndrôme du battement d'aile du papillon

Depuis plus de deux mois maintenant, je découvre le métier d'assistante de direction pour un grand manitou local mais aussi grand manitou d'autres grands manitous locaux...
C'est vraiment un truc de dingue comme je ne l'imaginais pas et c'est là également que le syndrôme du battement d'aile du papillon prend son vrai sens !

Tout d'abord, en tant que grand manitou local, il a un agenda bien rempli puisque le service qu'il dirige est un peu la pierre angulaire de la boîte. Tous les autres services sont en prise direct avec nous à un moment quelconque de leurs projets.
Et puis, en tant que grand manitou des grands manitous locaux, il a un deuxième agenda à peine moins rempli mais plus... international (d'où trajets en avions, etc) !
En fait, pour bien faire, il faudrait deux hommes et deux agendas sauf que ma mission consiste à tout faire rentrer en un seul agenda pour un seul homme qui, qui plus est, ne veut pas complètement sacrfier sa famille (on peut être grand manitou et pas bouffé par l'ambition !)...
Et, là, si c'et dur pour lui de jongler, je vous confirme également que je peux être amenée à m'arracher les cheveux...

Par exemple, grand manitou doit impérativement rencontrer quelqu'un à 500 kilomètres de là avant telle date...
Pas de date commune donc j'organise en visioconférence puisque l'autre réunion qui fait butoir ne peut pas être déplacée.
Avec l'assistante en face, on fait les agendas des quinze prochains jours dans tous les sens : pas un créneau commun !
Je finis par déplacer une réunion de l'agenda de mon manitou (mais locale cette fois) pour libérer une heure.
Sauf que, du coup, j'ai un créneau mais je n'ai pas de salle de mon côté donc j'appelle un collaborateur qui avait réservé une salle à cette heure-là pour une réunion à lui (ça, c'est l'avantage d'être l'assistante d'un chef, les gens sont plus ou moins obligés de céder à vos exigences... enfin, en matière d'agenda et de salles de réunions, hein !) et je lui demande de virer sa réunion...
Du coup, me voilà obligée de recaler ma réunion locale... Sauf que, comme le compte-rendu de ladite réunion doit être utilisé pour un comité de direction avec Plus-Grand-Manitou-que-mon-Manitou, je suis obligée de trouver un autre créneau très vite.
Assez fière de moi, je montre la nouvelle organisation à grand manitou qui me dit :
- Ah oui mais non... En fait, il faut impérativement que je la vois pour de vrai et pas en visio la première fois car je dois la convaincre...
- Mais il n'y a pas de créneau pour que vous puissiez aller à 500 kilomètres avant la deuxième réunion !!!
- Ben oui mais il faut trouver !!! Pas le choix...

Et, donc, me voilà repartie avec l'autre assistante à chercher un créneau d'une heure "en vrai"...
L'autre assistante finit par décaler une réunion à 200 kilomètres (mais à l'opposé géographiquement sinon ce ne serait pas drôle !) un jour où Manitou est en réunion à 500 kilomètres pour que la personne puisse revenir plus tôt et, moi, je décale son taxi et son vol retour pour qu'ils puissent se rencontrer... Ouf !
Et coup de bol suprême, je trouve même une salle disponible à 500 kilomètres... Trop de la balle !
Le week-end passe...
Lundi midi, l'assistante de Plus-Grand-Manitou-que-mon-Manitou m'appelle en m'annonçant que la réunion à 500 kilomètres qui me permettait d'avoir Manitou sur place pour son point est ajournée...
Moment de solitude extrême...
Manitou me prévient qu'il est inenvisageable qu'il fasse deux fois 500 kilomètres pour 1 heure de réunion (oh, sans blague ?)...
Je m'empresse de tenter de caler des points, des rendez-vous, retarder les vols, etc pour optimiser. J'appelle quatre autres assistantes sur le plan national pour tenter d'organiser une réunion de travail qui doit avoir lieu mensuellement mais pour laquelle je n'arrivais pas à trouver de créneau.
Coup de bol ! Tout le monde se cale, fait un effort. Ca passe !
Je recale mes vols, mes taxis, les réservations de salle à 500 kilomètres...
J'avais à peine raccroché que Manitou m'appelle et m'explique que, non, vraiment, le jeudi il doit impérativement être libre à partir de 19h pour aller chercher son petit dernier car son épouse ne peut pas mais qu'il avait oublié de me le préciser et qu'en plus il préfère que la réunion mensuelle soit couplée à une autre réunion qui n'est pas encore organisée mais qui dépend d'une autre réunion dans une quinzaine et que, du coup, il a téléphoné directement à la personne et qu'ils ont décidé qu'ils se rencontreraient à une troisième date et que je dois annuler son déplacement à 250 kilomètres de là pour dégager son agenda pour qu'il puisse aller à 500 kilomètres de là (bien évidemment à l'opposé géographiquement) ce jour-là et que je dois en profiter pour lui caler une réunion avec six Manitous européens...
Je cale la réunion, je réserve la salle.
J'appelle l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne, la GB et Paris (oui, en l'occurrence, Paris devient de l'international, et, en plus, j'en ai deux mais chacun dans un siège à l'opposé l'un de l'autre !). Là, je négocie avec les assistantes car nous sommes "Manitou face à Manitou" donc il est plus délicat d'imposer...
Je réserve avion et taxi.
J'annule les autres avions et taxis.
Je rappelle les assistantes des rendez-vous secondaires de la première journée pour leur annoncer que c'est ajourné sine die mais que je les remercie de leur dévouement... Certaines, au passage, avaient déjà réservé les billets pour leur propre poulain qu'elles n'ont plus qu'à annuler...
Et je déplace la journée de rendez-vous à 250 kilomètres sur ma seule journée encore vierge de l'agenda de Manitou... sauf que cela tombe sur les vacances scolaires à 250 kilomètres de là et que donc quatre des sept collaborateurs seront absents et la semaine d'après ce sont les trois autres et la semaine encore d'après, c'est mon Manitou...
Ah, c'est ballot, les entretiens annuels des sept collaborateurs doivent être finalisés avant la fin de cette semaine-là !
Alors, sans me déranger, si je pouvais décaler telle journée de son agenda pour recaler à la place la journée à 250 kilomètres de là et recaler les autres quand je peux mais pas trop tard car, quand même, il y aurait un peu d'urgence aussi à ces autres réunions...

A l'instant T, je ne suis pas encore tout à fait sûre que ma réunion européenne ne soit pas décalée à un autre jour car certains regimbent...

16 janvier 2017

Rogue one

069648Je craignais un peu (comme à chaque fois, je crois) cet épisode créé de toutes pièces dans la mythologie Star Wars. D'ailleurs, les échos que j'en avais étaient aux deux extrêmes.
J'ai même hésité à y aller me disant qu'il valait peut-être mieux attendre l'épisode VIII (ceci étant, je pense que je vais le craindre également !) et puis, quand même, c'est Star Wars !!!

La première partie du film est un peu lente, brouillonne, plate malgré l'esprit respecté de l'ambiance et des décors... J'ai commencé à me dire que j'aurais peut-être dû écouter mon instinct et puis, et puis, ils arrivent sur Jedha et, là, le grand bal commence et ne s'arrête qu'au générique final.
C'est un festival de clins d'oeil, d'effets visuels dans la pleine ligne de l'esprit Star Wars, bref, un divertissement jouissif parce que les fans y retrouvent ce qui a fait la saga tout en apportant un très beau souffle de modernité...
Je dirais qu'il n'est pas loin d'égaler mon préféré de la première trilogie " L'empire contre attaque "...
Il y a cette dimension qui en fait plus qu'un simple film d'action, cette espèce de noirceur que j'avais déjà tant aimé dans l'épisode V et le côté désespéré de ce commando suicide qui annonce, en plus, l'épisode IV...

Et, finalement, cet opus créé de toutes pièces prend sa place bien mieux que les trois épisodes de la deuxième trilogie du début des années 2000 qui, pour moi, resteront toujours des erreurs, des malfaçons grossières... (D'ailleurs, ils ne devraient pas être estampillés Sar Wars...)
Même la bande originale a l'excellent goût de reprendre quelques mesures des thèmes musicaux hyper célèbres au milieu d'une partition de très haut niveau de Michael Giacchino.
Les acteurs sont excellents et on a même la très bonne surprise de retrouver un Forest Whitaker quasiment méconnaissable, un Peter Cushing rescuscité et une Carrie Fisher rajeunie de 40 ans...
Et, enfin, une scène finale à l'introduction absolument magistrale... Juste la respiration la plus célèbre du cinéma, un couloir sombre et puis une lumière rouge qui surgit avec un bruit métalique...

 En conclusion, après une première partie un peu décevante, je me suis envolée dans l'hyper-espace et j'y ai pris un plaisir que je ne pensais pas avoir...
Et ce soir, j'aurais très envie d'être déjà au mois de décembre prochain pour découvrir avec une certaine impatience l'épisode VIII...

Posté par Miss Blabla à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 janvier 2017

Beauté cachée

037477_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxOn va dire que j'ai un a priori plutôt positif quand il s'agit des films chorale qui sortent au moment de Noël...
Là, en plus, dans la guirlande d'acteurs à l'affiche, il y en a un certain nombre que j'apprécie particulièrement.
Je suis toujours fascinée par Edward Norton dont le talent est tel que c'est un véritable caméléon... Je veux dire que, par exemple, quand je pense à " Braquage à l'italienne " dans lequel il campe un salaud de première et quand je le vois dans " Beauté cachée ", j'ai du mal à me dire que c'est le même acteur qui joue les deux rôles et c'est encore pire quand je revois " Moonrise Kingdom " et que je me dis qu'il est le chef scout... Ce n'est pas tant qu'il soit capable de tout faire mais plutôt de faire oublier que c'est une seule et unique personne (alors que, par exemple, et sans que ça ne soit une question de talent, je ne peux m'empêcher de voir Leonardo Di Caprio qui interprète tel ou tel rôle).
J'adore également Kate Winslet et Helen Mirren que je trouve et belles et talentueuses !
Et Will Smith est très fort quand il veut bien sortir du registre des " gros bras "... quoique non, il est très bon aussi dans ce dernier !
Bref, il y avait une très très belle brochette d'acteurs !

Concernant le scénario, je savais que j'adhèrerai : la symbolique, un certain mysticisme, un peu de magie...
Bon, certes, il n'est pas exempt de faiblesses et de facilités mais il a réussi à m'emmener et, contrairement, à ce que je pouvais imaginer avant, j'ai certes eu les yeux mouillés (mais, bon, en même temps, je suis capable de pleurer devant une publicité pour petits pots alors, hein !) mais le pathos ne l'a pas emporté.
Donc, c'est l'histoire d'un chef d'entreprise qui perd sa petite fille et qui, à compter de ce moment-là, se coupe complètement du monde et se met à écrire à la Mort, l'Amour et le Temps. Ses associés et meilleurs amis décident alors de tenter un coup de poker pour le sauver et régler le problème de la société en faillite...
Je ne veux pas vous en dire plus pour ne pas déflorer le sujet mais il y a un moment où le film m'a fait penser au " Christmas Carol " de Dickens. Ce n'est pas une question d'esprits des Noëls passé, présent et futur et de vieux gripsou égoïste mais il y a un peu de cette philosophie initiatique, de prise de conscience de la vie...

La mise en scène, sans surprise, est aussi lisse et esthétique qu'un sapin de Noël dans un téléfilm de Noël et je suis ressortie de la séance avec envie de sourire à tout le monde...
Ce film n'est sans doute pas le film de l'année mais j'ai passé un très bon moment !

Posté par Miss Blabla à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 janvier 2017

Ca, c'est du devoir !

Pour un devoir d'école, je pense que l'étudiant en question a de l'avenir !

Il paraît que sa vidéo a eu plus de vues que la publicité officielle qui a coûté un bras (voire deux) avec un footballeur très célèbre...

Ceci étant, j'aime énormément ce qui se dégage de ce spot et son esthétique...

Posté par Miss Blabla à 07:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 janvier 2017

Voeux et bonnes résolutions

La semaine dernière aux termes d'une réunion avec mon Grand Manitou, il a opéré quelques petits ajustements à propos de mes missions et de ses attentes.
Oh, rien de bien grave mais des petites choses que je ne faisais pas comme il les attendait comme, par exemple, éviter de fixer des réunions qui risquent déborder le vendredi midi car c'est le seul jour où il peut éventuellement déjeuner avec son épouse ou bien encore, les codes couleurs des chemises cartonnées pour les documents des réunions...
Il ne m'a fait aucun reproche, il m'a juste demandé de travailler d'une certaine manière mais mardi soir, en rentrant, j'avais l'impression qu'il était déjà connecté pour me chercher une remplaçante...

Et puis, jeudi dernier, il y avait les voeux de notre Directeur Général avec la remise traditionnelle des médailles d'ancienneté dont une pour un de mes collaborateurs qui fêtait ses 30 années dans la maison. Bref, tout ça pour dire, qu'il avait été préparé un diaporama pour illustrer le discours de mon Grand Manitou et que j'étais chargée d'assurer la diffusion au moment T des bonnes diapo ET de lancer la petite vidéo finale... qui bien sûr n'a jamais voulu se lancer au moment T.
Pourtant, j'avais testé avec le responsable "Com" juste avant et ça fonctionnait. Grand Manitou m'a dit que ce n'était pas grave mais j'ai bien mis une heure pour me détendre et faire retomber la pression...

Tout ça pour dire qu'en cette période de voeux et de bonnes résolutions, vendredi matin, sur la route, tout à coup, ça m'a frappé : cela fait des années que je ne prends plus de résolutions pour l'année à venir, que je délaisse ces petites promesses faites à soi-même, avec les autres pour témoins.
Je n'en prends plus car je me mets suffisamment d'objectifs, de pression au quotidien pour ne pas avoir en plus à en formuler sous le gui une fois l'an...
Alors, certes, on pourrait se dire que les bonnes résolutions de début d'année sont un peu comme les déclarations de politique générale et que mon quotidien n'en est que la mise en pratique.
C'est vrai mais, finalement, j'ai tellement de défiance vis à vis des politiques qui ne tiennent pas leurs promesses que je préfère ne pas trahir la confiance que j'ai en moi en ne tenant pas mes propres promesses !

Attention, je ne dis pas que j'ai raison et que ceux qui prennent de bonnes résolutions ont tort, je dis juste que, me concernant, les expériences de la semaine dernière m'ont rappelé pourquoi, moi, je ne le fais plus...

Sur le même sujet, j'ai beaucoup aimé cet article de Plus7 qui donne un éclairage et une analyse fort intéressants du principe des bonnes résolutions...

Posté par Miss Blabla à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2017

Je crois que mes collègues ont de l'humour...

20170105_090332


... et qu'ils ont compris que je les materne...
Et avec cette image sur mon bureau, maintenant, c'est officiel !

 

Posté par Miss Blabla à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 janvier 2017

Dans ma cuisine - épisode 58

Bien, ça y est, je prends un peu de temps...
Oui, je sais, c'est bizarre de dire ça en rentrant d'une semaine de congés mais entre le retour lundi en fin d'après-midi, les courses pour re-remplir le réfrigérateur, le retour de Sainte Chérie, les voeux à Monsieur Père et Madame Mère, le rangement des sacs et les premières machines, l'organisation d'un apéro-surprise pour l'anniversaire de Moitié de Blonde, la confection des premières galettes des rois et le tout sans compter sur le boulot qui est tout aussi chargé puisque toute l'année est à lancer, je n'ai pas eu le temps de voir les flocons tomber...
Oui, parce que, quand même, j'ai su qu'il était tombé quelques flocons, hier, en faisant un rapide aller-retour chez moi entre midi et deux étendre une machine...

A part ça, j'avais envie de vous parler un peu d'une recette testée pour mon réveillon de Noël et suggérée par un de mes collègues (je vous ai dit que j'avais des collègues adorables ?). Il s'agit de "soufflé au foie gras".

20161224_221810[1]

Pour 6 personnes, il vous faudra :
200g de foie gras de canard cuit
5 oeufs
60g de beurre
60g de farine
50cl de lait

Beurrer 6 ramequins d'environ 8 à 10 cm de diamètre. Préchauffer le four à 210° (th 7).
Faire une béchamel avec le reste de beurre, la farine et le lait. Saler, poivrer et laisser épaissir un peu.
Séparer les blancs des jaunes. Ajouter les jaunes à la béchamel, hors du feu. A ce stade-là, dans la recette, il est préconisé d'ajouter le foie gras coupé en morceaux mais, moi, j'ai préféré le rajouter au dernier moment pour pas que la chaleur de la béchamel fasse fondre le foie.
Monter les blancs en neige et les incorporer à la béchamel tiédie délicatement.
C'est là que j'ai ajouté les morceaux de foie gras et, franchement, je ne regrette pas du tout car cela l'a bien préservé.
Répartir l'appareil dans les ramequins. 
Baisser le four à 180° et enfourner aussitôt pour une vingtaine de minutes.
Servir aussitôt car qui dit soufflé dit que ça se sert sans attendre...

Bon, je ne vous cache pas que l'inconvénient, c'est que même si on peut préparer l'appareil en amont et le conserver au réfrigérateur (solution testée et approuvée par mon collègue), la cuisson se fait quand même au dernier moment et que cela ne peut pas attendre dès que cela sort du four.
Mais, hormis ce détail, c'est ce qu'on appelle chez moi "une recette épate-belle-mère".
Tout le monde autour de la table a validé la recette !
C'est léger, goûtu et c'était parfait entre les huîtres et le poisson !
En plus, il me semble réellement difficile de la rater...

Autant vous dire qu'il y a des chances que cette recette devienne un de mes classiques, surtout qu'elle peut se décliner de beaucoup de façons différentes pour éviter d'avoir à vider son porte-monnaie en achat de foie-gras.

Posté par Miss Blabla à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 janvier 2017

Fin et début d'année

Avant tout :

Image du Blog monia2009.centerblog.net
Source : monia2009.centerblog.net

J'avoue vous avoir lâchement abandonnés juste avant Noël car, comme je le disais dans mon précédent billet, je courais après le temps et j'ai couru après le temps jusqu'au bout mais je l'ai battu sur le fil...

Ceci dit, j'ai quand même pensé à vous et ai pris des photos de quelques-unes de mes expériences culinaires que je vous montrerai bientôt. Gustativement, j'étais très fière de moi.
Esthétiquement, j'ai des progrès à faire avec les coques en chocolat mais il ne sera pas dit que je resterai battue... Je me retente ce week-end, ah mais !!!

J'ai également pris le temps de continuer mon entraînement au semi-marathon en courant dans les Pyrénées. L'avantage de la montagne, c'est que l'air est pur et que ça ramone bien les poumons mais le problème de la montagne, c'est que, par définition, ce n'est jamais plat. J'en ai quelque peu bavé mais j'ai également pas mal progressé et il n'y a qu'une seule côte qui a eu raison de mois de bout en bout mais, les autres, je les apprivoisées petit à petit et mes cuisses ne s'en souviennent presque pas trop (si, si, ça se dit, j'en ai décidé ainsi !)...

Pendant ces quelques jours, il y a eu encore des décès célèbres qui modifient le paysage artistique mondial et dont on reparlera peut-être...

En attendant, la reprise d'un rythme un peu plus régulier, je vous souhaite encore une très belle et heureuse année !!!

Posté par Miss Blabla à 07:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,