Des Blabla

26 août 2016

15 ans et quelques brouettes

L'autre soir, nous sommes parties à la plage pour pique-niquer, Liline et moi...
Liline et moi, c'est une histoire vieille de ... En fait, je ne peux pas le dire puisque nous avons toujours 15 ans quand on se retrouve comme hier soir et que, du coup, ce n'est pas possible qu'on se connaisse depuis 39 ans, le mois prochain !!!
Et, effectivement, avant-hier soir, on a eu 15 ans toute la soirée et je pense même pouvoir affirmer que le groupe de jeunes, qui fumait des joints à 10m de nous, a dû se poser des questions sur notre taux d'alcoolémie vu nos fous-rire à répétition et les propos plein de sens pour nous... mais pour nous seulement !

Bref, il y a eu des bouteilles de Lambrusco récalcitrantes (vous me direz qu'au lieu de vouloir la reboucher, on aurait dû la finir mais bon..., moi, je vous dirais qu'il y avait la route du retour à faire !), des fous-rire comme ça faisait des siècles que ça ne nous était pas arrivé, des échanges plus sérieux de mères d'ado et de pré-ado (il semblerait que P'tite Filleule ne soit pas en retard sur la question !), des souvenirs d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, des nouvelles moins gaies aussi (Mon Monsieur-des-chèvres, quoi !!!), un tapis de queues de figues fraîches (et il n'y a ni allusion graveleuse ni contrepétrie cachée !) et puis le Bassin paisible...

20160825_141249[1]

Bref, il y a eu une soirée comme cela faisait une éternité que cela ne nous était pas arrivé, au point qu'on s'est posées sur le sable à 20h et des brouettes et que quand on s'est relevées pour aller s'acheter un cornet de sorbet à la banane, il était minuit !
Comme quoi, il y a des changements de vie qui sont compliqués et qui annoncent plein de choses nouvelles mais qui en ramènent aussi des vieilles comme le monde !

Posté par Miss Blabla à 07:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 août 2016

Où est la caméra ?

Non, parce que, là, franchement, hein, j'y crois pas...
Y a un piège, c'est sûr !!!

J'ai reçu, avant-hier, ma feuille d'impôts sur le revenus m'annonçant un remboursement sur mes impôts de l'année. Jusque là, ça, c'est une bonne nouvelle...

Hier, je vérifie mes comptes pour autre chose et, là, crac, paf-la-girafe, j'ai un remboursement des impôts sur mon compte. A ce stade-là, ça pourrait encore être une bonne nouvelle...

Sauf que... le remboursement est quasiment dix fois supérieur à ce qui m'a été annoncé il y a moins de 24h. Là, croyez-moi, il n'y a pas de doute : il y a un loup...
Moins de 24h et presque dix fois supérieur ???
C'est sûr, il y a une caméra quelque part !

Posté par Miss Blabla à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 août 2016

Ca y est !

La lumière a changé...
On a basculé dans la fin de l'été. Le matin, même si la température n'est pas plus fraîche que la semaine dernière, elle n'est plus tout à fait la même dans ce qu'elle dégage.
Chaque année, à la même période, je me fais cette réflexion que j'aime cette période, ce glissement en douceur vers l'automne.
Il y a encore de belles récoltes de tomates dans le potager. On a encore plaisir à traîner dans le jardin au soleil couchant.
Mais on commence à humer l'odeur des crayons et cahiers neufs.

Le marronier du jardin est déjà roussi. C'est lui, le premier, qui donne le signal, toujours ! Même si cette année, mon jeune figuier a perdu toutes ses feuilles à cause de la chaleur, il est entrain d'en remettre (ne serait-il pas comme ces nouveaux-nés qui confondent le jour et la nuit ? Il va falloir lui expliquer que ce n'est pas en automne qu'on met de jolies petites feuilles vert tendre !)...

20160822_201509m

 

Posté par Miss Blabla à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 août 2016

"De Sébastopol à Paris" pour "Sauver Paris"

1-_Raoul_Nordling-2 de-sebastopol-a-paris-de-general-von-choltitz-906416843_L

Je crois que c'est Madame Mère ou Monsieur Père qui m'a passé le livre de Raoul Nordling il y a plusieurs mois mais je n'avais pas pris le temps de le lire. C'est chose faite !!!
Et, du coup, cela m'a donné envie de lire les mémoires de Von Choltitz pour comparer les deux points de vue opposés d'un même évènement : la libération de Paris et celle des prisonniers politiques encore incarcérés au moment de l'arrivée des alliés dans la capitale !
J'ai lu le reste des deux livres également mais c'était surtout ces points-là qui m'interpelait...

Il y a donc, d'un côté, les mémoires de Raoul Nordling, "Sauver Paris", membre du corps consulaire de Suède à Paris durant la quasi totalité de la première moitié du XXè siècle et, donc, à ce titre, il a vécu les deux guerres mondiales, en tant que représentant d'un pays neutre (on pense souvent à la Suisse ou au Luxembourg mais on oublie que la Suède a toujours affirmé sa neutralité dans les conflits mondiaux, comme le Portugal aussi d'ailleurs !). 

De l'autre, il y a les mémoires du général Von Choltitz, "De Sébastopol à Paris", gouverneur militaire allemand du Grand Paris de début août à la libération, le 25, après avoir notamment fait la campagne de Russie et celle de la bataille de Normandie. Son attitude lors de ces derniers jours de guerre fit qu'il échappa au procès de Nuremberg et qu'il ne fit que quelques années de prison en Grande-Bretagne.

Si vous êtes cinéphiles, vous les avez croisés incarnés par Orson Welles et Gert Fröbe dans le film " Paris brûle-t'il " et par André Dussolier et Niels Arestrup dans " Diplomatie ",pas moins !

Ce qui était très intéressant, c'était de lire les deux livres à la suite l'un de l'autre pour comparer les deux points de vue.
Tout d'abord, je craignais que chacun n'essaye de tirer la couverture à lui en s'en attribuant le mérite mais pas du tout. Nordling semble plus ou moins dire qu'il s'est retrouvé embarqué dans tout ça sans le vouloir et qu'il veut bien reconnaître qu'il a eu certaines initiatives mais sans en être vraiment sûr.
Quant à Von Choltitz, je me disais qu'il serait facile, après coup, de dire qu'il avait fait ce qu'il pouvait pour mettre fin de façon favorable aux alliés à cette guerre et de se rebeller contre les ordres d'un Hitler qu'il trouvait fou mais, en fait, c'est assez émouvant de constater qu'il reconnaît voir délibérément fait tout ce qui était en son pouvoir pour contourner les ordres qu'il avait reçus mais, dans le même temps, il affirme et martèle qu'il n'a jamais trahi son pays en négociant une trêve et non un cessez-le-feu (très sincèrement, pour moi, il n'y a pas tant de différence que ça entre les deux concepts mais, visiblement, pour lui, cette différence est fondamentale) ou en signant la libération des prisonniers politiques qui ne peuvent, sémantiquement, être considérés comme des prisonniers de guerre.
Par ailleurs, on sait qu'il a reconnu avoir participé, lors de la campagne de Russie à la politique d'extermination des juifs, ce qui n'est pas spécialement un titre de gloire donc si je le crois honnête dans ce que sa carrière a de moins reluisant, j'ai tendance à ajouter foi au positif évoqué dans ses mémoires.

En revanche, effectivement, la pièce de théâtre dont a été tirée le film " Diplomatie " est largement romancée puisque la nuit à l'hôtel Meurice n'aurait jamais existé et que les deux hommes se soient assez peu rencontrés et, enfin, que, lors de ces rencontres, la question de la destruction de Paris n'ait pas été au centre des débats, loin s'en faut mais de tout cela, on s'en doutait.
De même qu'il est évident que la sauvegarde de Paris a, sans aucun doute, été l'oeuvre de beaucoup plus que de Nordling et Von Choltizt. Il faut compter Speidel (Il paraît qu'un nouvel ordre de destruction de la capitale française avait été envoyé au général Model par Hitler, au lendemain de la reddition de Von Choltizt, sauf que le général n'était pas à son bureau et que son adjoint, Hans Speidel, aurait décidé de ne pas obéir, conscient, lui aussi, de la folie du Führer.), Bender, Poch Pastor, Naville et tous les combattants d'une heure ou de quatre ans...

 

Pour conclure, j'ai aimé ces deux livres mais, sur le plan du style, celui de Von Choltitz est franchement marqué par son côté "militaire" et donc moins fluide, moins prenant, notamment dans ces descriptifs de situation de guerre. En revanche, j'ai aimé le côté humain et droit qui se dégage du général allemand avec ses failles, ses erreurs, son côté "devoir-devoir"... Quant à celui de Nordling, il est plus "écrit" et, en plus, on y sent vraiment la francophilie du consul qui raconte sa vie, sa guerre de civil.

 

18 août 2016

Cité 19 - Zone blanche

9782266262835


Le deuxième tome du diptyque dont je vous ai parlé ici.
Sainte Chérie a été très déçue.
Moi, je me suis encore laissée embarquer dans l'histoire malgré la circonspection ressentie à la toute fin du premier tome.

Je me demandais vraiment comment cet imbroglio temporel pouvait se terminer.
En effet, dans mon premier résumé, je vous disais que Justine décidait d'enquêter sur la mort de son père et qu'elle se réveillait un matin en plein XIXè siècle. Je ne voulais pas vous en dire plus mais pour vous parler du second, je ne peux pas faire autrement que de lever un peu plus le voile sur l'intrigue (mais je vais faire le minimum).
En fait, à la toute fin du premier tome, on apprend qu'elle n'a pas réellement voyagé dans le temps mais qu'elle est devenue le cobaye d'une expérience gigantesque et scientifique pour remonter dans le temps.

Du coup, effectivement, j'avais peur d'avoir un peu de mal à appréhender ces passages entre deux époques et cette double intringue.
Mais c'est très bien ficelé et c'est toujours aussi addictif malgré un petit manque de profondeur lié sans doute au fait qu'il s'agit d'un roman jeunesse ou bien c'est un ressenti lié au fait qu'une des intrigues se retrouve un peu vite expédiée et aurait mérité (vu le début de l'aventure) d'être un peu plus développée.
Ceci étant, je ne vais pas me la jouer méprisante car, franchement, malgré cela, je n'ai pas boudé mon plaisir.

Attention, la fin laisse présager un tome 3 mais ne vous inquiétez pas ce deuxième tome clôt bien l'histoire. Il laisse juste une porte ouverte à autre chose éventuellement. Après, je ne sais pas si je me laisserais tenter car je crois que l'idée du "voyage" dans le Paris du XIXè siècle était pour beaucoup dans la séduction que le livre a exercé sur moi... On verra !

Si vous avez des ado, faites leur lire et, ensuite, piquez leur sous un prétexte quelconque !

Posté par Miss Blabla à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 août 2016

Le Up and Down du début des Jeux Olympiques de Rio

A moins de vivre sur Mars (et encore !), il n'a pas pu vous échapper que nous étions rentrés dans la quinzaine la plus universelle (avec la coupe du monde de foot, sans doute !) du monde : les jeux olympiques !!!

Si je suis grande fan de cette compétition et s'il y a des moments encore uniques et émouvants, il y a quand même, aussi, des choses qui me rendent quelque peu circonspecte.
Petit tour " up and down ".

UP : l'ancien marathonien Vanderlei de Lima, dernier porteur de la flamme olympique. Je n'aurais rien eu à redire contre Pelé ou Kuerten mais j'avais bien oublié sa mésaventure vécue en 2004 à Athènes où un spectateur l'avait retenu et l'avait privé de l'or olympique. Quel symbole de l'olympisme et quel hommage pour celui qui, malgré tout, il avait réussi à décrocher la médaille de bronze !

reprodução vanderlei-de-lima-1470571460-800

DOWN : le double féminin au tennis qui se fait éliminer au premier tour et qui justifie sa sévère défaite par le fait qu'elles ont failli être disqualifiées car la fédération ne les aurait pas prévenues qu'il fallait impérativement avoir des tenues de couleur semblable et que l'apprenant au dernier moment, cela les a complètement déstabilisées.
Ceci étant, si on peut considérer que cela a pu jouer sur le score fleuve du 1er set, perdu 6-0, visiblement, au 2è set, elles étaient bien moins perturbées puisqu'elles ont rendu la monnaie de leur pièce à leurs adversaires en leur infligeant un 6-0 également. Donc, l'excuse semble quelque peu vaseuse... Elles ont perdu, elles ont perdu mais, au moins, qu'elles assument et remplissent leurs obligations...

UN AND DOWN : quand on voit la réaction de Djokovic après sa défaite et la réaction de Paire après la sienne et son exclusion de l'équipe de France... Le premier s'en émeut, le second le prend de haut en expliquant que les JO n'étaient pas son objectif de l'année... Que sa réaction soit dictée par la déception ou par un vrai je-m'en-foutisme, ce n'est pas correct et ce n'est pas l'esprit olympique !

UP : le haka néo-zélandais féminin après sa défaite en finale contre l'Australie... Très émouvant !

UP : devinez qui est le coordinateur national de l'équipe nationale américaine de gymnastique aux jeux olympiques ? Martha Karolyi !
Et je trouve joli ce point commun et ce clin d'oeil entre les américaines, championnes olympiques de gymnastique par équipe et le 40ème anniversaire de la performance de Nadia Comaneci à Montréal...

DOWN : la disqualification d'Aurélie Muller qui, si elle est logique sur le fond (je ne me permettrais pas de juger de l'emplacement de la corde du chenal uo du fait qu'une brésilienne initialement 4è bénéficie de cette situation pour obtenir une médaille de bronze), doit être horrible à vivre quand on croit pendant quelques minutes qu'on tient une belle médaille en argent...
Je sais c'est la dure loi du sport et tout et tout mais bon, j'imagine la frustration et la déception surtout que, de toutes façons, le geste était involontaire...

UP : les victoires d'Usain Bolt et de Michael Phelps qui ont accompli ou sont en passe d'accomplir des exploits...

DOWN : l'attitude du public brésilien en athlétisme et pas seulement vis à vis de Renaud Lavillenie, Usain Bolt s'en ait plaint également (Teddy Riner aussi en judo). Est-ce une réaction contre ces jeux olympiques qui leur coûtent un fric fou alors qu'ils sont en perdition économique ? Est-ce un chauvinisme de bas étage ? Etrange, déroutant, pas joli...

UP : la fondeuse néo-zélandaise qui a aidé la fondeuse américaine après sa première ET sa deuxième chute et qui ont fini ensemble leur série du 5000m. Elles ne disputeront ni l'une ni l'autre la finale (l'américaine ayant été évacuée sur fauteuil roulant et la néo-zélandaise ayant, par conséquent, fait le plus mauvais temps de la série. J'aime cet esprit même si, peut-être, cette dernière ne se serait de toutes façons par qualifiée pour le tour suivant !

DOWN ET RE-DOWN : l'attitude du comité international olympique qui, moins de quinze jours avant l'ouverture des jeux, a renvoyé la patate chaude du dossier "dopage d'état des athlètes russes" dans les pieds de chaque fédération internationale... Finalement, la lâcheté politique semble être toujours un art de vivre au sein du CIO (Berlin 1936, Pékin 2004, Rio 2016 et j'en passe...) !
Et, sans juger du fond, on voit ce que ça donne dans les faits : Yuliya Efimova à qui personne (ni athlète, ni public) ne pardonne le flou entourant sa participation de dernière minute...
(Note : Ceci étant, elle, elle n'a pas été tellement perturbée par la bronca dont elle a fait l'objet à son entrée dans le bassin olympique puisqu'elle a remporté la médaille d'argent... mais c'est peut-être parce qu'elle, elle avait la bonne couleur de maillot... J'dis ça...)

Et pour finir des BIG-UP à tous les athlètes français ou autres qui continuent à me faire vibrer et à m'émouvoir dans la victoire comme dans la défaite !!!

Posté par Miss Blabla à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2016

Sur la plus haute dune d'Europe un soir d'août

Un joli début de soirée un peu frais mais tellement lumineux...

20160811_141758[1]

Posté par Miss Blabla à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 août 2016

Jeu de déconstruction

Ceci est un cube casse-tête...

20160811_165639[1] 20160811_165705[1]

Et, croyez-moi, sur parole, ce n'est pas une sinécure à refaire...
Nan, nan, nan...

Et si je l'ai refait, c'est que je n'ai pas eu le choix, c'est parce qu'il avait été défait.
Et s'il a été défait, c'est la faute de la fenêtre de mon bureau (environ 1,20m de large x 1,60m de haut x 7cm d'épaisseur en métal avec double vitrage) qui s'est littéralement cassé la figure hier matin, brisant net les gonds et la baguette de sécurité.
Heureusement, je venais de me lever pour aller chercher quelque chose.
Et si je vous montre mon module de rangement à tiroirs, vous allez comprendre que je l'ai échappé belle et que, finalement, l'un dans l'autre, j'étais ravie de passer un bon moment à reconstruire mon cube... et d'en être encore capable !

 

20160811_165613[1]

 

Posté par Miss Blabla à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 août 2016

Pas grand chose...

En fait, j'avais décidé de vous parler du dernier livre que je viens de terminer mais, en fait, en l'écrivant, je me suis aperçue que j'avais envie de lire son pendant et, à la fin de mon billet, je me suis dit que cela n'avait aucun sens de faire ce billet et d'en faire un autre dans quelques temps car, les deux livres sont liés et sont même les deux points de vue opposés (?) d'un même évènement.
J'ai donc remisé mon billet jusqu'après la deuxième lecture...

Et sinon ?
Pas grand chose...

J'ai des moments de légère panique au bureau car elles sont toutes parties ou presque en me laissant la charge de gérer les urgences des uns et des autres dans des services que je ne connais pas.
Il y en a même une d'Orléans qui m'a appelée hier en me demandant comment je m'en sortais car elle voulait joindre quelqu'un et le tiers des messages d'absence renvoyait à ma petite personne... Ah ah ah... ou pas !

J'ai aussi des moments où pleine d'énergie, je me dis que je me lance dans la réfection de mon couloir la dernière semaine du mois d'août mais se pose alors la question infernale de " quelles couleurs mets-je ? "
Et, là, c'est un débat presque aussi insoluble que celui de l'oeuf et la poule ! Si, si...
Camaieu ou opposées, claires ou foncées, froides ou chaudes, etc. Heureusement, j'ai découvert un simulateur de peinture et je fais plein d'essais...
Mais si ça m'a permis de mettre au rebut quelques idées qui, finalement, ne rendent pas comme c'était dans ma tête, ça me complique aussi singulièrement la tâche car, du coup, à force d'essayer un peu tout et n'importe quoi, j'ai également beaucoup plus de choix auxquels je n'aurais pas pensé...
C'est ballot !

J'aime rentrer le soir et qu'il fasse encore suffisamment chaud pour que je saute dans mon maillot puis dans la piscine au lieu de me laisser attraper par l'envie juste de profiter du calme... Après, quand je plonge dans l'eau et que j'ai mon bouquin juste à côté du bord, c'est un peu le moment parfait !

Posté par Miss Blabla à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 août 2016

De profiter de la douceur de l'été en travaillant

Au bureau, beaucoup de gens me demandent très gentiment si ce n'est pas trop dur de ne pas profiter de l'été en prenant des congés et je leur réponds très sincèrement : non.
D'abord, parce que, notamment, en ce moment, je suis quasiment la seule assistante et, donc, elles m'ont presque toutes demander de gérer des bouts de leur poste.

En soi, cela pourrait être passablement désagréable mais, en fait, ce qu'elles m'ont laissé à gérer, ce sont plutôt des choses auxquelles je n'aurais pas accès en temps normal. Aucune ne m'a demandé de gérer ses appels.
En revanche, je me retrouve à gérer des réservations et des déplacements, ce qui, en tant que tel, n'a pas un intérêt mirifique mais qui me permet, par exemple d'être en lien direct avec la direction générale de la boîte et, donc, d'avoir une chance de me faire connaître un peu auprès des grands décisionnaires.
Je me retrouve aussi confrontée à des services que je ne connaissais pas du tout et, donc, à en apprendre un peu plus sur les rouages internes et, finalement, cette polyvalence me sert car j'entends des choses, je vois des choses qui me servent à droite à gauche et donc ça a tendance à en surprendre quelques-uns que je sache ceci ou cela car, eux, sont plus cloisonnés dans leur mission.
Donc, professionnellement, c'est plutôt une chance !
Et, personnellement, je tire ma petite fierté quand il arrive qu'une assistante aux ressources humaines me demande si je sais faire ceci parce que, elle, elle ne sait pas et que ça se fait devant la DRH ou qu'un contrôleur financier me demande si telle procédure est possible dans le logiciel parce qu'une autre assistante lui soutient que non mais il préfère vérifier auprès de moi car j'en ai plus appris en 7 mois que beaucoup qui sont là depuis des années et que, donc, il a confiance...

Et puis, après, le fait d'habiter ma région me permet, dès la débauche, de pouvoir profiter de semi-vacances en allant au bord de l'océan ou en partant en week-end dans des endroits très variés mais, pas forcément, très loin...

20160723_072445m

IMG_1700m DSC_0053m20160805_220712[1]m 20160807_182313_001[1m]

 

 

Alors, finalement, non, j'espère bien que je pourrais aussi un jour reprendre de vraies vacances avec Sainte Chérie et mon Chéri mais ce n'est pas si dur que ça, cette année...

Posté par Miss Blabla à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,