Des Blabla

23 septembre 2016

Et hop ! En avant !

20160922_234251[1]

Vous dire qu'hier, je suis arrivée à la première répétition de théâtre de l'année dans la nouvelle troupe que je viens d'intégrer à la fois excitée comme une puce et complètement traqueuse serait un euphémisme...
Je crois que cela faisait très longtemps que cela ne m'était pas arrivé à ce point là... du moins pour du théâtre !

Je n'ai jamais eu peur de monter sur une scène. Ca m'a toujours semblé plus excitant que paralysant.
Il serait quand même honnête de reconnaître que les trois premières années, j'ai joué les premières de chaque pièce avec une fièvre de cheval et en étant aphone (d'aucuns y verraient sans aucun doute une manifestation d'un trac inconscient, je vous l'accorde...).
Mais réellement, je n'ai jamais eu ces manifestations constatées sur certains de mes coreligionnaires : tremblements irrépressibles, nausées, stress intense.
Je vis ça plutôt comme un matin de Noël quand il fallait attendre que la grande et la petite aiguilles soient à tel endroit !

Là, je m'étais un peu mis la pression et elle était bien montée en mayonnaise au fur et à mesure que le moment approchait.
En fait, ce n'est pas le texte ou l'idée de commencer à répéter devant des gens que je ne connaissais pas qui me faisait peur mais plutôt le fait d'avoir fait la démarche d'être intégrée à cette troupe, que mon ancien metteur en scène l'ait accepté avec un enthousiasme certain et que, donc, il ne fallait pas prendre le risque de décevoir qui que ce soit...
Quoique mes nouveaux compagnons de jeu, je ne les connaissais pas mais mon ancien metteur en scène...
Je crois que j'étais encore toute surprise qu'il m'intègre à sa nouvelle troupe aussi facilement, que, de surcroît, il me donne un rôle un peu conséquent et que, donc, il puisse m'accorder cette confiance sans m'avoir revue jouer depuis... 25 ans (oh la vache, le coup de vieux !!!).

Quand je suis arrivée, il m'a accueillie d'un " enfin ! Te revoilà ! On va retravailler ensemble... depuis le temps ! "
Je crois que j'ai souri aussi largement que me le permettaient mes maxilaires et j'ai essayé de garder mes genoux à distance l'un de l'autre pour éviter le bruit infernal de leur entrechoc !

Non, en fait, ça s'est très bien passé...
Il va y avoir un boulot de dingue mais toutes les dates sont calées, le travail scénique commence réellement la semaine prochaine et toutes les semaines en suivant plus trois week-ends répartis dans l'année pour travailler en toute intensité, jouer, refaire, filer et recommencer jusqu'aux représentations du mois de mai... cinq en tout en huit jours de temps...


C'est du Ionesco ! C'est absurde, c'est drôle, ça fuse, c'est baroque, c'est avant-gardiste...
Il va falloir relever les manches, croyez-moi ! Il y a du niveau, du haut niveau ! Et du boulot, beaucoup de boulot ! 
Mais, bon sang, c'est ça qui est bon !!!
Même l'odeur de la salle et des coulisses est la même que quand j'avais 15 ans !!!

 

Et pour info, hier en début d'après-midi, ma gorge s'est mise à picoter et mon nez est devenu une vraie patate coulante... J'avais la tête comme un compteur à gaz... 
Ah non mais, ça y est, aujourd'hui, c'est presque complètement guéri !
Voilà, voilà, voilà !

Posté par Miss Blabla à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 septembre 2016

Je vais bien...

Non, je ne suis pas tendue, ni débordée et je n'ai pas eu envie de pleurer ou de tuer quelqu'un 42 fois ces derniers jours...
Je crois que j'atteinds la zénitude liée à la maturité de mon âge.... Si, si... ou pas, en fait !

Non, parce que je vais être très claire, l'autre soir quand j'ai présenté les comptes, résultats de l'exercice et budget prévisionnel de l'association dont je suis la trésorière, à aucun moment, je n'ai eu envie de trucider le type à ma gauche qui lisait mes tableaux par-dessus mon épaule et me soufflait les chiffres que j'avais à donner ou ce que j'avais à noter un quart de seconde avant que je ne le fasse...
Systématiquement...
Toute la soirée...
Non, vraiment, je ne lui ai même pas envoyé mon ordinateur en travers de la tête...
A peine l'idée m'a t'elle subrepticement effleurée...
Celle-là ou celle de lui coller ma main dans la figure...
A peine me suis-je autorisée à lui dire (le plus gentiment que j'ai pu) qu'un budget prévisionnel devait impérativement être équilibré et que, de toutes façons, il n'avait pas à mettre son nez dedans puisque JE suis la trésorière et pas lui...

J'ai également été très détendue et pas du tout émue et encore moins émue de voir mon n+1 ému quand nous nous sommes dit au revoir cette semaine car il ne reviendra pas sur mon site avant la fin de ma mission dans huit jours...
On a parlé des sept mois partagés...
On s'est remerciés mutuellement
Il m'a reparlé de l'offre de poste qu'il m'avait faite de partir sur un autre site presque à l'autre bout de la France mais en CDI et en tant que son assistante à lui puisqu'il n'a pas le choix de son assistante à lui ici...
Non, je ne me suis pas empressée d'aller faire trois photocopies directement en suivant dans un local où personne ne verrait que j'avais un peu de buée sur les lunettes...
Ah ? Je n'ai pas de lunettes...
Etrange...
Moi, je dis, c'est bien un local à photocopieuse... C'est calme...
Et puis il n'y a pas beaucoup de passage...

Je n'ai pas non plus sauté de joie comme un cabri quand Sainte Chérie m'a annoncé avoir décroché une entrevue dans un théâtre pour son stage de découverte du monde de l'entreprise...
Non, ça ne m'a pas fait touuuuuuuuuut l'après-midi au bureau...
Un de mes collègues ne m'a même pas demandé quelle drogue je prenais...
Han !
Bon, j'ai peut-être été légèrement euphorique et très légèrement de façon disproportionnée (je n'imagine pas le jour où elle décrochera la timbale !)...
En même temps, elle était tellement heureuse et fière que ses efforts à elle toute seule aient porté leurs fruits...
J'ai calqué mon comportement sur le sien...
C'est tout !
Rien de plus !

Je crois que je suis sur la bonne voie en ce moment...
Je gère...
Je suis en plein contrôle de mes émotions...
C'est bien la maturité pour ça...

Posté par Miss Blabla à 07:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 septembre 2016

Et sinon, hier, j'ai sauvé un petit lapin...

Oui, oui, hier matin, en arrivant au bureau, il y avait un petit lapin tout mimi qui rêvait... au milieu de la route !
Mais que font les parents lapins ???

Le temps que je me gare, que je descende de voiture, j'ai eu le temps de trembler dix fois et de le voir dix fois passer sous les roues des voitures qui passaient mais non !
J'avais vite établi une stratégie pour le faire déguerpir pensant qu'il aurait peur en me voyant approcher mais que nenni !
Et me voilà accroupie au milieu de la chaussée à m'imaginer passant dix fois sous les roues des voitures qui passaient (heureusement ou pas, je suis un peu plus volumineuse qu'un petit lapin sauvage et, donc, les conducteurs sont passés au large à chaque fois... De là à penser qu'ils craignaient les dégats qu'un contact avec ma petite personne pouvait occasionner à leur précieux véhicule... Bref !) à faire des papouilles à un petit lapin sauvage pas sauvage pour deux sous !

J'ai fini par le prendre dans mes bras et le ramener sur l'herbe à l'orée du bois qui jouxte le parking de la société... Il ne s'est pas débattu mais n'a pas été jusqu'à me remercier (mais que font les parents lapins ???).
Je crois qu'il était quand même plus apeuré qu'hébété parce qu'il n'a pas bougé de son coin d'herbe jusqu'à ce que je sois à bonne distance...

20160919_090203[1]

La bonne nouvelle, c'est qu'à midi en débauchant, il n'y avait pas de descente de lit en poil de lapin sur la chaussée ! Quel soulagement ! Dans la matinée, j'étais à deux doigts de pleurer par anticipation (Bon, d'accord, à la maison, le grand jeu est de voir en combien de temps je peux fondre en larmes devant une pub pour petits pots pour bébés...)...

Posté par Miss Blabla à 07:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
16 septembre 2016

Surprise trop mimi...

Au printemps, j'ai aidé un jeune alternant à rédiger son mémoire pour valider son année d'étude.
C'est un gamin (s'entend... Il a 21 ans mais il pourrait être mon fils !) qui n'est arrivé en France qu'à l'adolescence et qui, donc, a des difficultés d'expression. Pas dans le langage courant maisà l'écrit, c'est plus compliqué donc nous y avions passé des heures pour l'orthographe et, surtout, la syntaxe parce qu'en plus (et c'est tout à son honneur), il voulait que je lui explique en même temps le pourquoi du comment.

Bref, un gamin (donc) adorable et travailleur qui a eu mention " bien " à son mémoire et à sa présentation orale et qui est parti en stage dans l'hémisphère sud pour trois mois en suivant.
Je ne pensais pas le revoir et puis, crac, l'autre matin, je le vois débarquer sur le plateau. Il était arrivé en avion 3 heures plus tôt et il venait voir si, par hasard, j'étais encore là parce que :

20160826_131020

Il m'avait ramené un petit souvenir !

Posté par Miss Blabla à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 septembre 2016

Un peu de tout un peu de rien #16

Il s'est enfin mis à pleuvoir... Cela faisait tellement longtemps que j'en avais envie !
Je n'en pouvais plus de ces chaleurs accablantes qui vous laissent transpirantes alors même que vous êtes assise sur votre canapé.
Et dans les premières minutes de la première averse, l'odeur... Ah cette odeur de pluie d'été, de terre chaude et humide, ces grosses gouttes qui viennent s'écraser avec un bruit sourd !

Alexis Michalik, l'auteur génial du " Porteur d'histoire " crée et met en scène une nouvelle pièce à Paris : " Edmond " sur l'écriture de " Cyrano de Bergerac "...
Ca me démange tellement de la voir !
Pas vu de dates programmées en province et pas de projet de monter à Paris avant le 30 octobre... Je trépigne !
Enfin, quoi ! L'un de nos jeunes auteurs les plus brillants écrivant sur à propos de la plus belle pièce de théâtre de la langue française, c'est un petit Noël avant l'heure !

Mes projets de deuxième tranche de travaux de ma cuisine avancent... puis reculent... puis repartent... puis s'arrêtent...
Bon, après avoir fait des calculs dans tous les sens, après avoir posé des questions, après avoir étudié le problème dans tous les sens, le plus raisonnable à terme (même si c'est loin d'être le plus raisonnable financièrement ! Forcément !) serait de faire faire le boulot par un professionnel de A à Z.
J'étais presque décidé à juste faire faire les travaux de maçonnerie et à gérer la pose d'une verrière en kit d'un célèbre magasin de bricolage mais une fiche technique en amenant une autre, d'un truc tout simple, je finis par me dire que tout risque de s'écrouler...
Prudence étant mère de sûreté, il vaut sans doute mieux tout mettre dans les mains d'un pro que de me retrouver un jour avec mon grenier sur les genoux...

Ceci étant, comme j'ai du mal à ne penser qu'à une chose à la fois, je suis déjà presque en mode "réalisation" des travaux de mon couloir...
Je dis presque parce que, bien entendu, visiblement, la peinture que je veux pour le soubassement des murs ne semble plus disponible qu'en pots de 0,5 l...
Sachant qu'il me faut 8 litres et que le prix au litre du demi-litre est quasiment le double du prix par 2,5 litres... L'histoire risque de me revenir très cher... ou alors, je repars à la chasse à LA teinte idéale à un prix raisonnable...

Après avoir regardé le film " Saving Mr Banks " qui raconte la collaboration entre P L Travers et Walt Disney pour l'élaboration du film " Mary Poppins ". Elle n'avait vraiment pas l'air d'être une personne sympathique et il a fallu vraiment beaucoup d'obstination à Tonton Walt pour aller au bout...
Du coup, on a eu envie de revoir le film et, hop, c'est supercalifragilisticexpialidocious !


14 septembre 2016

De la pénurie de logements

Je loue une chambre meublée dans ma maison depuis quelques années maintenant. Ca m'avait permis de faire le joint à l'époque où j'étais en longue maladie du fait de mon accident.

Jusqu'à présent, j'étais plutôt bien tombée mais le dernier en date, qui n'est resté que deux mois (merci à mon petit ange-gardien de m'avoir donné le pif de ne pas faire un bail d'un an comme d'habitude mais seulement de deux mois !), m'a fait me demander plusieurs fois s'il n'y avait pas une caméra cachée quelque part...
Bref, il est parti grâce à l'Homme qui a pris les choses en main sans élever le ton, juste d'une attitude, d'un regard et de quelques mots très simples et polis mais pour qui sait lire entre les lignes, ça voulait dire " surtout, ne joue pas, je pourrais te faire faire trois fois le tour de ton slip sans que tu touches l'élastique si tu tentes de zizouiller... "
J'ai récupéré la chambre dans un état... proche de l'Ohio... Faut dire que quelques jours après son arrivée, il m'avait envoyé un texto pour me dire qu'il était embêté mais qu'il y avait une araignée dans un coin de mur et ma réponse avait fusé direct : " vous avez un aspirateur dans la chambre. "
Bon, visiblement, il devait être fâché avec lui ou en avoir peur, je pense que ces deux-là ne se sont pas beaucoup côtoyés pendant ces deux mois...
C'est comme les traces noires de chaussures dans la douche, faudra m'expliquer comment on peut avoir des traces de semelles de chaussures dans une douche... à moins de se doucher habillé ! Mystère !

Ceci étant, donc, il est parti et j'en arrive à l'objet de mon billet...
Dimanche soir, j'ai repassé une annonce et lundi après-midi, j'avais déjà une quarantaine de mails de contacts.
Les gens m'avaient mise en garde contre le fait que le locataire étant parti le 9 septembre, j'allais perdre beaucoup d'occasions de louer la chambre car les étudiants auraient tous déjà trouvé un logement...
Bon, je crois que la pénurie de logements n'est pas un mythe...
Il y a même une mère qui m'a téléphoné à 23h42 sur mon portable (pensant sans doute qu'il n'y a plus de règle de politesse en matière d'appel téléphonique et que si je n'avais pas envie d'être dérangée, je n'avais qu'à l'éteindre...) pour son fiston étudiant... Franchement !

Donc, je disais que, loin d'avoir tous trouvé la perle rare, j'ai reçu un nombre incroyable de mails en toute urgence d'étudiants (ou de leurs parents...) mais ce qui m'a le plus étonnée, c'est qu'il y avait aussi un certain nombre de mails de personnes "adultes" ayant un travail mais cherchant une chambre meublée...
Et un très grand nombre de ces mails, outre les aspects bassement financiers ("mes parents se portent garants", "je peux vous fournir mes relevés bancaires", etc), ressemblaient à des candidatures pour un boulot ou pour un site de rencontres à grands renforts de " personne sérieuse et non fumeuse ", en passant par " très sociable mais indépendant " ou " très studieuse, je suis donc silencieuse " ou " j'aime les moments cuisine et je serais extrêmement tentée par cette nouvelle aventure ".
Il y en a même un qui m'a clairement fait entendre qu'il était à deux doigts de la précarité car ne trouvant pas de logement dans le coin, il ne pouvait accepter aucune offre d'emploi et qu'il arrivait en fin de droits...

Loin de me faire sourire (si ce n'est l'aventurière de la cuisine... Elle, je reconnais que son envolée lyrique m'a largement fait sourire !), j'ai surtout perçu derrière bon nombre de ces messages des situations précaires, problématiques et j'ai beaucoup culpabilisé en me demandant jusqu'à quel point je devais tendre la main sans tenir compte de la moindre prudence élémentaire et jusqu'à quel point je devais d'abord penser à moi et, au fait, que j'ai besoin de cet argent pour boucler les fins de mois pour Sainte Chérie et moi...

Oui, oui, je sais : Soeur Marie-Thérèse-du-couvent-des-oiseaux, sors de ce corps !
Il n'empêche que la société dans laquelle on vit est loin d'être une sinécure et que ça fait peur de constater vers quoi se dirige l'humanité et à quoi on réduit l'humain...
J'entends déjà certains arguments qui sont tout à fait justifiés : " c'est toi qui auras les em... et qui ne pourra pas t'en débarrasser s'il ne paye pas ! Tu as déjà fait l'expérience avec ton dernier locataire à qui tu as voulu rendre service parce que le pauvre était dans une situation compliquée et regarde ce qui s'est passé ! "
Je sais...
Mais très bêtement, je me dis que le risque est grand et que je peux tomber sur un magouilleur malhonnête mais je peux aussi tomber sur quelqu'un comme moi, qui n'aura pas la chance d'avoir son entourage pour la sortir de la chkoumoune et pour remonter la pente après un coup dur mais qui sera juste tombé de Charybde en Scylla et qui aurait juste besoin de quelqu'un pour lui tendre la main et que, si je ne suis pas cette personne, je ne vaux pas mieux que tous ceux qui ne pensent qu'à leur gueule, dans leur profession comme dans leur vie privée...

Posté par Miss Blabla à 07:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 septembre 2016

Aujourd'hui commencent les jeux paralympiques

Et j'aime cette vidéo britannique destinée à les promouvoir...

Posté par Miss Blabla à 07:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
07 septembre 2016

La parenthèse attendue...

Je le savais et puis c'est l'essence même de l'intérim : celle que je remplaçais depuis six mois est revenue hier !
J'ai de la chance, ils ont prolongé mon contrat d'encore un mois donc je suis encore dans la place mais c'est bizarre...

D'abord, il semblerait qu'elle soit encore plus nerveuse que moi car il semblerait qu'elle ait peur que j'essaye de lui prendre sa place. Il faut dire que, sur le papier, j'ai été à son poste plus longtemps qu'elle puisqu'elle venait d'y être nommée quand elle a eu son accident...
Mais elle est indéboulonnable pour des raisons qui n'appartiennent à aucune logique mais plutôt à son carnet d'adresses.
C'est comme ça et je le savais et, en soi, ce n'est pas un problème, du moins pour moi, car j'ai reçu une mise en garde la semaine dernière sur le fait qu'elle prenait mal le fait que la passation dure aussi longtemps et que j'allais donc devoir marcher sur des oeufs.

Je l'ai appelée sous prétexte de la féliciter de son retour (je l'ai appelée régulièrement tout le long de son arrêt pour prendre des nouvelles) et lui dire que j'étais tellement contente que les circonstances nous offrent la possibilité de travailler dans le même service.
Je pensais avoir désarmé ses préventions !

Et puis, hier, elle est revenue, nerveuse mais souriante. J'avais bien libéré son bureau et remis tout comme c'était et je l'ai rassurée car elle semblait être une élève qui fait sa rentrée dans un nouvel établissement...

Et puis..

Et puis, elle est partie déjeuner au restaurant avec mon notre son N+1 et j'ai un de mes nos ses collaborateurs qui m'a dit "Garde le sourire, ça va bien se passer !"
Ben oui, pourquoi ne garderais-je pas le sourire ? Et puis pourquoi ça se passerait autrement que bien ?
J'allais bien, moi jusqu'à ce qu'il me dise ça !
Il y en a un autre qui m'a demandé s'il pouvait continuer à me demander les choses directement ou s'il devait passer par elle et, comme je lui disais qu'il valait mieux lui demander à elle car elle était la titulaire en place, il m'a répondu que j'avais tort et que je ne devrais pas céder la place à une autre.
Alors, le petit démon de l'envie et de la jalousie est entré en scène...
Ca va bien se passer puisque je m'éclipse lentement. Je me mets doucement sur le reculoir.
Ce n'est plus mon poste, ce ne sont plus mes collaborateurs, ce n'est plus mon N+1. C'est idiot comme je ne m'étais pas aperçue que je me les ai été faits miens ou, du moins, à quel point je m'étais approprié le rôle.
Mais j'avais un peu oublié que je n'étais que de passage, qu'il allait bien falloir qu'à un moment quelconque je parte voguer sur d'autres océans.

Oui, je sais, je n'y suis pas encore et plein de choses peuvent encore se passer, bien sûr,  mais, hier, en l'espace de deux heures, mon petit quotidien est redevenu ce qu'il n'a jamais cessé d'être : une parenthèse et, ça, je ne m'y étais pas préparée.
Mais moi, je suis une charentaise, j'ai l'instinct de propriété bien ancré en moi et je suis obligée de rendre les clés de mon son poste...
Sans doute, le collaborateur craignait sa réaction à elle mais, moi, c'est contre mon petit démon qui voudrait bien ne pas avoir compris les règles du jeu de l'intérim...

Posté par Miss Blabla à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 septembre 2016

Dans ma cuisine - épisode 56

Oui, je sais, cette catégorie a tellement pris la poussière depuis 9 mois que plus personne ne savait qu'elle existait et, pourtant, j'ai continué à cuisiner mais bon...
Bref...
Donc, voici le retour de mes expériences culinaires...

J'en avais mangé cet été et je m'étais promis d'essayer de reproduire la recette... Sachant qu'on m'a toujours appris qu'on ne mangeait des moules que les mois sans " R " (et les huîtres, les autres mois !), je me suis dépêchée de profiter des derniers jours du mois d'août !

20160827_211725

Alors, bien évidemment, j'ai fait un peu au pif... comme souvent !

On va dire que pour 4 personnes, il faut :
- 1,5kg à 2kg (suivant les appétits) de moules fraîches
- 120g de chorizo doux (grosso modo, j'ai mis un tout petit peu plus la moitié d'un chorizo acheté dans le commerce)
- 5 échalotes roses (mais je suis sûre qu'avec des grises, ça doit aussi bien le faire !)
- crème fraîche épaisse

Nettoyer et faire ouvrir les moules dans une cocotte sans rien ajouter. Conserver l'eau de cuisson qui s'en est dégagée et conserver les moules au chaud.
Peler et émincer les échalotes. Peler et couper en tous petits petits dés le chorizo.
Faire revenir les échalotes dans une poêle avec de l'huile jusqu'à ce qu'elles soient translucides puis ajouter le chorizo.
Délayer le jus de cuisson avec de l'eau et mouiller le mélange échalotes-chorizo avec mais je n'ai pas tout mis. J'ai fait à l'oeil en fonction de la quantité de sauce que je désirais obtenir.
Laisser mijoter quelques minutes puis ajouter la crème fraîche. Là, pareil, j'ai mis une cuillère à soupe, puis deux et ainsi de suite jusqu'à ce que, visuellement et gustativement, ça me plaise. Je crois que j'ai mis environ un tiers du pot.
Re-laisser mijoter quelques instants et verser sur les moules au moment de servir.

Cela a eu beaucoup de succès et j'avoue que ça fait son effet sans trop d'effort à déployer...

Posté par Miss Blabla à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2016

C'est fait et je ne peux plus revenir en arrière...

Je me suis inscrite au semi-marathon nocturne de Bordeaux pour le mois d'avril prochain.
Je ne sais pas si j'en serai capable mais, maintenant, je ne peux plus reculer.
Mon coach chéri et personnel s'est inscrit pour m'accompagner, m'encourager et m'entraîner. J'espère ne pas le décevoir et ne pas me décevoir non plus...

J'ai le trac...
Ca va être un véritable défi pour moi qui n'aime pas courir, qui n'ai jamais réussi à courir longtemps. Ca va être mon ascension de l'Everest !
C'est quand même excitant... très excitant !
Maintenant, il va falloir s'entraîner et ne plus lâcher...

csm_MDBM_Key_Visual_2017_01_9db15b9bcf

Posté par Miss Blabla à 07:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :