J'ai fini deux grosses échéances très chronophages.

L'une pro qui a occupé mes soirées et mes week-ends des trois dernières semaines, en plus des journées de travail et qui s'est déroulée sur deux jours en début de semaine. 
Je ne vous cache pas que je recommence juste à ne plus faire de rêves incongrus, ni à me réveiller en apnée à l'idée d'avoir oublié ceci ou cela... et c'est bien agréable !

L'une perso, dont je vous avais déjà parlé et qui m'a obligée à courir trois fois par semaine, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il grêle mais qui m'a amenée à finir mon deuxième semi-marathon samedi soir.

20180328_223035[1]

Je ne dirai pas que, cette année, l'expérience fut très agréable à cause d'une pluie et d'une température assez hivernales mais j'ai surtout réalisé que ces deux médailles sont le symbole que je suis bien la "Mulette" que mon directeur pense...

A part ça, j'espère que la ville de Bordeaux n'osera pas nous dire que cette manifestion est un gouffre financier car :
- à 50 € l'inscription au semi (j'arrondis car les prix augmentent plus le départ approche) à multiplier par plus de 14000
- à 80 € de moyenne l'inscription au marathon à multiplier par 2500 marathoniens environ (sans compter les relayeurs et les enfants) et
- à 25 € le téléchargement d'UNE photo individuelle de la course,
Ils ont dû mettre des sous de côté pour que le package offert avec le dossard l'an prochain soit de bien meilleure qualité que celui de cette année...

Sinon, hier soir, j'ai failli avaler mes deux médailles et mon ordinateur pro en même temps, en regardant l'interview de Robert Badinter par les Dupondt de l'information, savoir David Puj*das et Fabien  N*mias...

Je cite, par exemple :

- Vous avez été un avocat (...) vous avez défendu des criminels dont l'un a été condamné à mort, Bontemps. Est-ce qu'aujourd'hui tout homme à le droit à la défense ? Est-ce que ceux qui tuent des innocents comme ceux-là, ceux qui massacrent une vieille dame ont le droit d'être défendus ? C'est à l'avocat que je pose la question !

- Ecoutez, la réponse va de soit. Nous somme dans la République, un Etat de droit, et je souhaite que cet Etat de droit, ses principes soient respectés à tous les niveaux, le droit à un défenseur, le droit la défense est un des premiers droits de l'Homme. Reportez vous à la déclaration de 1789. Par conséquent, ça ne se discute pas !

Non, mais il espérait quoi que parce que Badinter, ancien avocat, ancien garde des sceaux, allait oublier ses convictions, ce qui a fait le combat de sa vie parce qu'il est de confession juive ??? Il espérait faire le scoop de l'année ???
Et le pire, c'est que quand Badinter lui dit "la réponse va de soit", il rétorque "la question mérite d'être posée".
Remarquez que, quand on lit les commentaires sous l'annonce de l'interview en question sur la page du Bouc de l'émission en question, on comprend mieux que le "journaliste" aurait sans doute adoré faire trébucher Badinter. Cela lui aurait assuré une certaines audience quotidienne, lui qui a récemment été directeur général adjoint de ladite chaîne...
Alors, non, la question ne méritait pas d'être posée. C'était une manoeuvre malhonnête, d'essayer de faire croire que l'émotion et les passions d'un tel drame pouvait faire vaciller l'un des piliers de notre société et l'un de ses plus ardents défenseurs...
Oui, la justice est aveugle, la justice est le rempart contre les passions qui amènent à la loi du talion.
Il espérait que sa question lui vaudrait le Pulitzer du journalisme d'investigation politique ? Que c'est affligeant !