Dimanche dernier, j'avais eu envie de préparer une soupe maison. J'épluche consciencieusement mes légumes, je les mets à cuire et verse tout dans le bol de mon blender " mais pourquoi moi " ?
Je sais ce que vous pensez : elle a oublié de fermer le blender et sa cuisine a été repeinte. Que nenni !
Non, non, mon récipient était bien fermé. J'ai branché la bête, elle a fait comme un bruit de vieille perceuse, trois étincelles, une odeur de pneus de fonctionnaires pénitentiaires en grève et, crac, plus rien...
Bon, finalement, c'est surfait la soupe... On a fait réchauffé des restes et, dès le lendemain, 1/ je demandais à Madame Mère de me prêter le sien et 2/ je profitais des soldes pour en acheter un autre.
Non mais quand même : je peux perdre une bataille mais pas la guerre !

 

Du coup, jeudi soir, en sortant de ma répète, je me suis dit que j'allais me gagner du temps pour mon repas de Chandeleur du lendemain en préparant ma pâte à crêpes...
Et donc, me voilà, à 23h30, à préparer une première quantité de pâte puis vers minuit, j'attaque une deuxième...
Le nouveau blender est impeccable donc ce n'est pas lui qui est en cause...
Je dose mes liquides, je mesure ma farine dans mon verre-doseur en verre et je la verse sur les liquides. Je file un premier coup de mixer pour mélanger puis je me dis que je devrais racler les parois du verre-doseur avec ma Maryse pour récupérer le reste de farine...
Je me mets au-dessus du blender et je racle... Et, " pourquoi moi ? ", mon verre-doseur a subitement décidé d'éclater...
Oui, oui, il a éclaté alors qu'il n'a rien cogné et que ma Maryse est tout bêtement en silicone, qu'il n'y a pas non plus eu de choc thermique ou autre.
Bref, j'ai récupéré mes morceaux, j'ai reconstitué le verre et n'ai pu que constater qu'il en manquait un et quelques éclats... La gorge serrée, à minuit et des brouettes, j'ai jeté ma pâte à crêpes, j'ai nettoyé mon blender et j'ai recommencé ma préparation...

Sauf que, ce serait encore trop simple ! N'ayant plus de verre-doseur, j'ai ressorti ma balance de cuisine et ai commencé à mesuré mes liquides, puis ma farine...
30g, 50g, 60g, 70g, 70g... Pourtant, j'ai l'impression d'en mettre ! Mais pourquoi l'aiguille ne bouge plus ? " Mais pourquoi moi ? " Après avoir vidé je pense la moitié d'un paquet de farine, j'ai réalisé que mon nouveau blender, quoique super bien, pèse bien plus lourd que l'ancien et que, donc, ma balance était arrivée à la butée et qu'il y avait de la farine pour nourrir en crêpes la moitié de mon quartier...
J'ai donc pris une cuillère et ai essayé d'en enlever un maximum et d'en laisser juste la bonne quantité...
Moralité : vouloir gagner du temps, le soir après minuit, ça peut surtout se révéler être une perte de sommeil...

 

La semaine dernière, je devais, également et notamment, faire une longue sortie en courant. J'ai cherché et réfléchi mais pas moyen de faire rentrer une course de 16km le matin avant l'embauche ou à la pause déjeuner et comme, ce week-end, j'étais en répétitions de théâtre, je n'avais plus que vendredi après-midi, juste à la débauche.
Oui, en effet, ensuite, il fallait que je récupère Sainte Chérie (que j'allais peu voir du week-end) et que je prépare un repas crêpes puisque c'était la Chandeleur.
Une nouvelle collègue fêtait son embauche en nous offrant un buffet pour déjeuner... Il était magnifique ! Digne d'un traiteur !
Sauf que, " mais pourquoi moi " ? Pour courir, il vaut mieux ne pas manger juste avant et surtout pas des trucs trop gras ou sucrés ou en trop grande quantité. J'ai donc regardé de loin les quiches, bouchées et autres gâteaux et me suis contentée de 3 mini verrines à base de poisson et de poivrons...

Ensuite, fière de moi et ayant presque débauché à l'heure, j'étais partie courir dans un bois des environs. J'étais plutôt pas trop mal. Légèrement rapide mais ça tenait quand, tout à coup, au troisième ou quatrième tour au bout d'une ligne droite, une femme et son chien... Je déteste les chiens mais, en général, je n'ai jamais eu de problème en courant dans ce bois. Nous devions être à une vingtaine de mètres l'un de l'autre, il reniflait à droite et à gauche puis s'arrête net la truffe dans le buisson à gauche, je me cale à droite et, " mais pourquoi moi ? ", pile au moment où je le dépasse, il change d'idée et se déporte à droite. J'ai juste eu le temps de m'entendre dire "nooooooon " avant de prendre un vol plané de toute beauté dans la boue du sentier...
J'avais de la terre jusque dans l'oreille droite.
Bon, je reconnais que la maîtresse s'est immédiatement précipitée et excusée. Elle n'y était pour rien, son chien non plus et moi non plus mais zut quand même, pour le vol, la boue et mon rythme...

 

Ah et puis, mercredi, pour la première fois, je me suis dit que j'allais faire mes courses sur un drive, histoire de me gagner du temps (je crois qu'il va vraiment falloir que je raye ce concept de mon vocabulaire !).
Je passe ma commande, je débauche pas trop en retard, j'arrive sur le parking, je gare ma voiture et vais au panneau de commande pour m'annoncer...
" Mais pourquoi moi ? " Il pleuvait mais, bon, ça, ça n'étonne plus personne. Je rentre mon code, mon nom et j'attends... J'attends... J'attends...
Ah oui, bien sûr, pour l'anecdote, ce doit être le seul drive non couvert de France !
Je change de borne, je rentre mon code, mon nom et j'attends... J'attends... J'attends...
J'ai fini par rentrer dans le magasin où un monsieur très gentil, devant ma tête de chien mouillé, m'a dit que ça ne servait à rien car les bornes ne fonctionnaient pas mais qu'il allait de suite venir m'apporter ma commande à la voiture...

 

Heureusement, il n'y a pas eu que ces petites contrariétés du quotidien.
Lundi, j'ai déjeuné avec mon amie Ricorée et ça faisait des plombes que cela ne nous était pas arrivé. J'ai, malgré tout, passé une super soirée de la chandeleur, avec du cidre mais sans éclats de verre. Je suis allée au cinéma avec Sainte Chérie et Madame Mère. J'ai passé le reste du week-end en répétitions de théâtre. Mes coreligionnaires de la troupe et mes amis m'ont souhaité ma fête avec des messages ou des brownies au chocolat (parfaits pour accompagner le café et se donner de l'énergie pour attaquer une journée de répétitions). J'ai donc, quand même, fait une jolie course vendredi après-midi (malgré l'épisode du chien...).
Allez, croisons les doigts pour cette semaine !

 

EDITION :
On me dit dans l'oreillette que cette semaine n'est peut-être pas tout à fait gagnée quand même.
En re-réglant mon réveil hier soir, j'ai malencontreusement enlevé le son. Nous nous sommes levées à 10mn de l'heure du départ de Sainte Chérie pour le lycée...
Définitivement, j'ai une question : " mais pourquoi moi ? "
Ceci étant, elle a réussi à l'avoir mais, pour l'anecdote, elle vient de m'envoyer un message pour me dire que le tram vient de tomber en carafe à un arrêt de là où elle descend...