Il y a des vendredi qui, à bien y regarder, sont improbables... Par exemple, le mien de la semaine dernière (enfin, celui d'il y a 3 jours !) !

Il a commencé par la signature de mon CDI. Un CDI qui fait donc suite à une période d'intérim de 15 mois (à 3 jours près, puisque j'avais commencé le 13 décembre 2015 et que j'ai signé le 10 mars 2017). Ce qui est aussi inattendu, mais ô combien rassérénant, c'est qu'ils ont pu me conserver 3 mois d'ancienneté, ce qui signifie que je n'ai pas de période d'essai et que les 3 mois que j'aurais attendre pour bénéficier de certains avantages sont d'ores et déjà passés...
L'instabilité professionnelle est donc belle et bien derrière moi (si tant est que le monde du travail puisse être stable de nos jours, bien évidemment !) !

Et puis, à la débauche, je me suis dépêchée de rentrer chez moi car j'avais deux rendez-vous. 
Le premier était avec le type qui assure l'entretien de ma chaudière. Gentil, le type au demeurant...
Il est arrivé en me disant que ça sentait le neuf chez moi (mon nouveau canapé sent toujours le neuf !) et que, lui, il venait de s'installer avec sa copine et que, du coup, ça sent aussi le neuf chez lui car il n'a pas trop les moyens mais il déteste ne pas être le premier à se servir d'un meuble ou d'un objet mais le problème est qu'il n'a pas les moyens de s'acheter un meuble tv car ça coûte horriblement cher, un meuble tv... Et de continuer sur le côté sympa de ma cuisine et de savoir s'il peut utiliser mes toilettes parce qu'il n'a pas eu le temps de faire de pause avant de venir avant, enfin, de bien vouloir s'attaquer à ma chaudière...
Et, là, trop cool, il me fait l'inventaire : " ah non mais c'est bien ! Vous n'avez qu'une araignée morte, trois ou quatre mouches, quelques moustiques dans votre chaudière ! Non, parce que, parfois, c'est un véritable nid de cadavres d'insectes, les chaudières ! Chez vous, au moins, c'est propre ! Et, sinon, vous voulez que je vous montre le canapé que j'ai acheté pour mon installation ? Non, parce que j'ai fait une affaire et il ressemble un peu au vôtre ! "
Voilà, voilà, voilà...

A ce moment là, le deuxième rendez-vous est arrivé. C'est un type qui venait pour faire un devis pour l'isolation par l'extérieur de... la maison...
Bon, à la fin du rendez-vous, soit...4 heures plus tard (oui, oui, vous avez bien lu !), le type a reconnu qu'il était arrivé dans ses tout petits souliers parce que je lui faisais peur parce que, soit disant, j'analyse tout ce qu'on me dit et très vite et que je suis extrêmement pointilleuse sur les données techniques... Bon, ok, la première fois qu'il aurait dû venir, ça avait tourné court parce que c'était assez mal parti entre nous et je ne lui avais pas envoyé dire... Visiblement, ça l'avait marqué (oups !)...
Bref, ça a duré 4 heures... Mesures, détails techniques, discussion, argumentation, polystyrène extrudé, enduit fibré, décapitation de champignon invisible... et café ! 
Et oui, ce brave jeune homme m'a demandé s'il était possible que je lui fasse un café. Bon, d'accord, je lui avais demandé s'il voulait un verre d'eau mais j'avoue que je ne m'attendais pas à " euh, je préférerais un café si ça ne vous dérange pas ! "



Et sinon, la nuit dernière, dans un demi sommeil, je vous ai écrit LE billet improbable intitulé  " La taille de la bête ". Il y était question de la taille monstrueuse des moustiques en cette fin d'hiver, à l'ouest de la Garonne. Il y avait même une vidéo  (je n'en ai pas trouvé sur mon portable ce matin donc mon somnambulisme n'était pas complet !) relative au massacre de la bête en question sur le plafond de ma chambre et sur le bruit infernal de son vol autour de mon oreille... Si, si !

Enfin, tout ça, jusqu'à ce qu'à 3h18, je me réveille complètement, que j'attrape la prise anti-moustique, que j'y mette une recharge neuve, que je m'enferme dans ma chambre et que je branche ladite prise en me grattant furieusement l'avant-bras qui avait passé le début de la nuit hors des couvertures... Mais je vous promets que, dans mon demi-sommeil, le billet était absolument génial ! En revanche, c'est épuisant d'écrire dans son sommeil en se grattant et en filmant...