Bien, ça y est, je prends un peu de temps...
Oui, je sais, c'est bizarre de dire ça en rentrant d'une semaine de congés mais entre le retour lundi en fin d'après-midi, les courses pour re-remplir le réfrigérateur, le retour de Sainte Chérie, les voeux à Monsieur Père et Madame Mère, le rangement des sacs et les premières machines, l'organisation d'un apéro-surprise pour l'anniversaire de Moitié de Blonde, la confection des premières galettes des rois et le tout sans compter sur le boulot qui est tout aussi chargé puisque toute l'année est à lancer, je n'ai pas eu le temps de voir les flocons tomber...
Oui, parce que, quand même, j'ai su qu'il était tombé quelques flocons, hier, en faisant un rapide aller-retour chez moi entre midi et deux étendre une machine...

A part ça, j'avais envie de vous parler un peu d'une recette testée pour mon réveillon de Noël et suggérée par un de mes collègues (je vous ai dit que j'avais des collègues adorables ?). Il s'agit de "soufflé au foie gras".

20161224_221810[1]

Pour 6 personnes, il vous faudra :
200g de foie gras de canard cuit
5 oeufs
60g de beurre
60g de farine
50cl de lait

Beurrer 6 ramequins d'environ 8 à 10 cm de diamètre. Préchauffer le four à 210° (th 7).
Faire une béchamel avec le reste de beurre, la farine et le lait. Saler, poivrer et laisser épaissir un peu.
Séparer les blancs des jaunes. Ajouter les jaunes à la béchamel, hors du feu. A ce stade-là, dans la recette, il est préconisé d'ajouter le foie gras coupé en morceaux mais, moi, j'ai préféré le rajouter au dernier moment pour pas que la chaleur de la béchamel fasse fondre le foie.
Monter les blancs en neige et les incorporer à la béchamel tiédie délicatement.
C'est là que j'ai ajouté les morceaux de foie gras et, franchement, je ne regrette pas du tout car cela l'a bien préservé.
Répartir l'appareil dans les ramequins. 
Baisser le four à 180° et enfourner aussitôt pour une vingtaine de minutes.
Servir aussitôt car qui dit soufflé dit que ça se sert sans attendre...

Bon, je ne vous cache pas que l'inconvénient, c'est que même si on peut préparer l'appareil en amont et le conserver au réfrigérateur (solution testée et approuvée par mon collègue), la cuisson se fait quand même au dernier moment et que cela ne peut pas attendre dès que cela sort du four.
Mais, hormis ce détail, c'est ce qu'on appelle chez moi "une recette épate-belle-mère".
Tout le monde autour de la table a validé la recette !
C'est léger, goûtu et c'était parfait entre les huîtres et le poisson !
En plus, il me semble réellement difficile de la rater...

Autant vous dire qu'il y a des chances que cette recette devienne un de mes classiques, surtout qu'elle peut se décliner de beaucoup de façons différentes pour éviter d'avoir à vider son porte-monnaie en achat de foie-gras.