Je suis allée voir la pièce de théâtre montée par la troupe que je vais intégrer dès le mois de septembre, la troupe de mes premières amours théâtrales à laquelle je retourne (Saurez-vous trouver le scoop caché dans cette phrase ?)...

Il s'agit de la pièce d'Alexis Michalik " Le porteur d'histoire ".
C'était du théâtre d'amateur mais quelle maîtrise, quels talents !
La pièce originale est écrite pour cinq acteurs, là, ils étaient douze à endosser la trentaine de rôles que compte l'histoire.
Mise en scène très contemporaine. Décors, costumes et accessoires réduits au strict minimum et pourtant... Pourtant, vous voyagez du XIXè au XXIè siècle, vous allez de Villers Cotterêts à Mechta Layada en passant par Paris, Nouzonville et le Canada.
Il fait, tour à tour, chaud et soleil, puis nuit et humide !
Vous y êtes sans le voir. Tout est suggéré mais tout est absolument visuel.

On suit donc l'histoire, ou plutôt les histoires, de Martin Martin, son présent, son passé, ses récits, ses voyages.
On a du mal à savoir ce qui est réel, de ce qui est fiction, les bonds en avant, les bonds en arrière mais, finalement, on a juste envie de suivre le feuilleton parce qu'il s'agit d'un feuilleton, le feuilleton de la vie d'un homme grâce à laquelle on revit des passages de la vie de grandes figures historiques comme Alexandre Dumas, le conte Balsamo, le Prince de Polignac.
Et puis, finalement, on se moque de savoir où tout cela doit nous emmener et même si cela doit nous emmener quelque part. On assiste juste à ce qui se déroule sous nos yeux avec gourmandise et émotion.

Et vous voulez que je vous dise ? C'est tellement bon de déguster des gourmandises et de se dire que, bientôt, on participera à leur fabrication...

Alors, je sais que, pour mes amis parisiens, la version originale se joue à Paris au théâtre des Béliers Parisiens jusqu'au 10 juillet 2016.
Je vous dis ça, je ne vous dis rien...