260734Les critiques de ce film sont très mauvaises mais quand Gérard Lanvin joue, j'ai du mal à résister. Mais, au final, j'ai trouvé que les critiques n'avaient peut-être la dent aussi dure que ce que j'avais pensé.
Le scenario manque effectivement cruellement de consistance. Les évènements se passent et se survolent.

Une propriété viticole dont le propriétaire se désintéresse mais, pour en éviter la vente et la liquidation, le fils, qui avait quitté les lieux pour une carrière d'oenologue international, revient et décide de reprendre les rennes à sa façon et de sauver son héritage familial.


Le sous-titre indique " on n'hérite pas d'une terre, on la mérite "... J'aurais tendance à dire qu'on ne mérite pas le film, on nous le donne. On ne sent pas à quel point Jalil Lespert doit mériter sa terre et on ne sent pas à quel point Gérard Lanvin l'a eue méritée. Sans aller jusqu'à nous refaire Jean de Florette se tuant pour trouver son eau, on a du mal à percevoir les difficultés et l'imminence de la tragédie. Certes, on croise un banquier et un juge, il y a bien un orage qui éclate juste avant les vendanges et les bâches volent détruisant un quart de la récolte, les rapports père-fils ne sont pas très chaleureux mais c'est tout ! C'est bien lisse et ça ne vous prend pas aux tripes !

Ceci étant, j'aurais tendance à penser que le film souffre également et malheureusement de la comparaison avec le film " Tu seras mon fils ", thriller magnifique et prenant avec Lorant Deutsch et Niels Arestrup qui se passait dans le bordelais et qui, lui, pour le coup, vous tenait en apnée tout le long...
Alors, le bordelais n'est pas le bourguignon, ici point de meurtre et de drame humain mais plutôt le rapport à la terre et au dur métier de la vigne.

Finalement, sans y réfléchir, je suis ressortie de la salle en me disant que j'avais passé un bon moment et ce n'est qu'en y repensant et en voulant en parler que les critiques sont venues donc ce n'est pas un mauvais film juste un peu facile, un peu léger... C'est un vin de table mais pas un grand cru !

Après, le film bénéficie de la présence de Gérard Lanvin qui, pour la première fois de ma vie, ne m'a pas donné de frissons le long de l'échine, la faute à une barbe poivre et sel et des cheveux en bataille qui m'ont furieusement et malencontreusement rappelé le père de Sainte Chérie donc point de séduction cette fois-ci !
En revanche, il est toujours excellent et sa voix envoûtante (non, je ne fantasme pas du tout depuis que j'ai 15 ans sur lui... Pas du tout... Et, non, je n'ai pas non plus une ancienne carte de téléphone avec sa photo dans " La belle histoire " dans mon ancienne chambre chez Madame Mère et Monsieur Père... Non, non, non...) !
Il y a le charme d'Alice Taglioni et la voix de Roger Dumas (vous croyez que je suis un peu obsédées par les voix profondes et rocailleuses ?) et une distribution toute en charme.
Et puis, il y a les paysages de Bourgogne (les coteaux, les hospices de Beaune...) et de Bretagne (la maison aux volets bleus de la Ria d'Etel)...

Et je crois que le jour où il passera à la télévision, je me le referai juste comme ça gentiment sans me poser de question...