prod_photo1_18163_1392298326Après la première soirée dansante (anciennement boum) de Sainte Chérie, elle est partie ce matin pour un échange liguistique avec des élèves d'un lycée international parisien.
Sa correspondante est une jeune américaine qui est arrivée en France en septembre dernier.

Hier soir, Sainte Chérie était toute excitée de cette nouvelle expérience.
J'ai également été prise dans cette frénésie.
Ne rien oublier. Penser aux petits cadeaux pour les parents et les trois filles. Mettre le livre et le lecteur MP3 dans le sac.
Et le portable que tonton a prêté pour les trois jours, où est-il ? Dans le sac avec le portefeuille.
Appareil-photos, lunettes de soleil, petit carnet et stylo, carte d'identité, chaussures confortables et petit haut sympa parce que, quand même, quoi, c'est son premier voyage d'adolescente et, en plus, dans la capitale !!!

Et, dans le même temps, je me disais que c'était encore une étape qui s'annonçait dans l'émancipation de ma petite fille, de ma grande fille.
Sa vie s'annonce, elle s'en émerveille et s'en réjouit et, moi, je la regarde aussi émerveillée qu'elle.
Je vois son existence se construire sous mes yeux, grâce à moi et indépendamment de moi.

Hier soir, je la regardais se préparer, se réjouir, penser à ses affaires puis venir se blottir dans mes bras pour un petit câlin rapide avant de s'envoler de nouveau dans ses rêves et son voyage.
Je n'étais pas inquiète de la savoir loin de moi (ou de n'importe lequel de ses proches) pendant quelques jours.
Elle était jolie, elle souriait et j'aurais pu continuer à la regarder comme ça toute la nuit.
Finalement, je n'étais pas triste de me dire qu'elle grandissait, je trouve ça juste magique !

 

(Illustration Décodélire)