9782709630542-GMadame Mère m'avait offert ce bouquin me vantant les qualités de l'auteur et le plaisir d'un récit romano-historique comme je les aime.
Et, effectivement, elle ne s'était pas trompée. J'ai dû être plongée dans le récit et agrippée à lui en moins d'une dizaine de pages.

Il s'agit donc de l'histoire d'Olivier Hauteville, jeune étudiant parisien, dont le père est mystérieusement assassiné chez lui. Accusé et emprisonné, son voisin, lieutenant du prévôt, lui vient en aide tout en étant approché, en parallèle, pour intégrer la Ligue.
Ladite Ligue étant une organisation voulue par Henri de Guise, ultra catholique refusant que le trône de France puisse revenir à Henri de Navarre (futur Henri IV), protestant honni, et voulant se débarrasser d'Henri III, roi catholique mais faible et hanté par le massacre de la Saint Barthélémy.
Afin de lever une armée devant lui permettre de prendre le pouvoir, Henri de Guise (soutenu par cette vieille garce de Catherine de Médicis. Oui, je la déteste et la détestais déjà bien avant ce livre !) organise une fraude à grande échelle afin de détourner l'argent de l'impôt (la taille).
Ainsi que le titre du roman l'indique, le noeud de l'intrigue se situe dans l'enquête qui est ouverte contre ce vol organisé.
Jean d'Aillon, par son talent, nous permet de toucher du doigt l'ambiance de cette époque troublée, les moeurs et modes de vie du XVIème siècle.

Comment imaginer qu'un roman ayant pour cadre les guerres de religion, la montée de l'influence de la Ligue, la déchéance de l'autorité d'Henri III (qui n'est vraiment pas décrit à son avantage) puisse être aussi passionnant qu'un roman d'aventures, aussi intense qu'un roman policier, aussi instructif qu'un cours d'histoire à la Sorbonne tout en étant aussi agréable qu'un roman de gare ?
Je ne sais pas comment l'auteur a fait mais il a réussi haut la main.
Les personnages fictifs se mêlent aux personnages réels et j'ai aimé que l'auteur indique par de petites notes et un dernier chapitre en fin de livre quelles étaient les principales sources historiques (la bibliographie est très documentée également) et les ajouts romancés.
Et puis, si je vous dis que j'ai avalé les 500 pages de l'histoire en une petite dizaine de jours, cela vous montrera à quel point j'ai aimé cet ouvrage.
Il ne me reste plus qu'à trouver le tome 2 et le tome 3 qui, bien qu'indépendants les uns des autres, sont en lien les uns avec les autres...
Mmmmmmmmmh, encore un millier de pages de plaisir à venir !